Paleonet: la tombe de Malarck

argo at u.washington.edu argo at u.washington.edu
Wed May 30 19:27:34 GMT 2018


Full review:
LAMARCK'S REVENGE [STARRED REVIEW!] 
How Epigenetics Is Revolutionizing Our Understanding of Evolution's Past and Present
Author: Peter Ward

Review Issue Date: June 15, 2018
Online Publish Date: May 28, 2018
Publisher:Bloomsbury
Pages: 288
Price ( Hardcover ): $28.00
Publication Date: August 14, 2018
ISBN ( Hardcover ): 978-1-63286-615-8

Category: NonfictionA fascinating journey into the relatively new field of epigenetics, which "has a great deal to add to the overall understanding of the history of life, beginning with the origin of the first living species itself." According to this outstanding account by paleontologist and astrobiologist Ward (The Flooded Earth: Our Future in a World Without Ice Caps, 2010, etc.), epigenetics is the biological revolution du jour. The author explains that Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), a predecessor of Charles Darwin, believed that species evolved by passing on acquired characteristics. The oft-repeated example was a giraffe stretching to reach leaves in tall trees and giving birth to offspring with longer necks. However, Lamarck was marginalized by Darwin's teaching that acquired traits are never inherited but that children vary slightly from their parents. When a variation provides 
a survival advantage, its possessor produces more offspring, and this "natural selection" slowly drives evolutionary change. Yet fossil evidence doesn't support it. "New species," writes Ward, "appear with what seems like too much rapidity to be explained by current theory." Bacteria routinely pass genes to neighbors, including unrelated species. Does "horizontal gene transfer" occur in complex organisms? The answer came when studies showed stretches of bacterial and viral DNA in the human genome. Biologists also knew that stressful environmental conditions change gene function. They mistakenly assumed that these changes vanish when the organism produces sex cells for reproduction. It turns out that "major environmental changes during the life of an individual can cause heritable changes to that organism, that can then be passed on to the next generation." This defines epigenetics: a better 
explanation for life's history and the quick appearance of unique body plans after mass extinctions. Skilled in both science and writing, Ward walks readers through its history, mechanisms, and the current fierce debate over its role. The best introduction so far to one of the most controversial elements of 21st-century evolutionary science.

On Mon, 28 May 2018, Christian Emig wrote:

> 
> see http://www.lamarck.cnrs.fr/ice/ice_book_detail.php?lang=fr&type=text&bdd=lamarck&table=bio_lamarck&bookId=29&typeofbookId=5&num=
> 
> About the grave of Lamack :
> 
> Ce furent les seuls honneurs rendus à la dépouille mortelle du vieux savant : 
> enterré dans une concession provisoire, presque à la fosse commune, sa tombe 
> ne tarda pas à disparaître, sans que sa famille ou ses amis aient même tenté 
> de la conserver. Bientôt l'emplacement de sa sépulture ne tarda pas à tomber 
> dans l'oubli ; c'est aussi au Dr MONDIERE que l'on doit de le connaître 
> aujourd'hui, mais, fatalité suprême ! les ossements eux-mêmes ont été 
> dispersés.
> 
> Le Dr MONDIERE (1) a d'ailleurs fait de ces démarches le récit suivant : il 
> conte d'abord comment, après quelques recherches infructueuses, il mit la main 
> sur la notice du Moniteur relative au service funèbre :
>  
> « Fort de ce document, continue-t-il, je me rendis au cimetière du 
> Montparnasse où je trouvai heureusement un Conservateur, M. Lacave, qui est 
> tout à fait au courant de la question du transformisme. Il s'intéressa donc à 
> mes recherches et, grâce à lui, j'ai pu déterminer exactement où avait été 
> enterré Lamarck. Je dis avait été, car, hélas ! il avait été déposé 
> simplement dans une fosse à part, c'est-à-dire qui devait changer de locataire 
> au bout de cinq ans. Est-ce incurie, est-ce jalousie de ses collègues, est-ce 
> à la suite des troubles de 1830 : bref il n'y eut pas de concession d'achetée 
> et les os de Lamarck sont probablement, en ce moment, confondus dans les 
> Catacombes avec ceux de tous les inconnus qui s'y trouvent.
>  
> « Ce qui nous avait d'abord induit en erreur, c'est que nous avions fait les 
> recherches sous le nom de Lamarck au lieu de De Monnet. En effet le registre 
> d'inscriptions porte la mention suivante :
> 
> « De Monnet de Lamarck, inhumé le 20 décembre 1829 (85 ans) 3e carré, 1re 
> division, 2e ligne, fosse 22. »
> 
> « Quelques années plus tard, une main amie sans doute a écrit en marge du 
> registre le renseignement suivant.
> 
> « A la gauche de M. Dassas.
> 
> « M. Lacave a bien voulu venir avec nous à la recherche de l'endroit où avait 
> été inhumé Lamarck et sur le registre nous avons au préalable relevé ceci : 
> « Dassas, 1re division, 4e ligne sud, n°6 par l'Ouest, Concession 1165-1829. 
> » En arrivant à l'endroit désigné, nous trouvons des tombes nouvelles, mais 
> rien n'indique celle de M. Dassas, notre seul point de repère, après les 
> changements opérés depuis 1829. Après plusieurs déconvenues, j'aperçois 
> enfin une tombe plate, entourée d'une grille, couverte d'herbes ; sa surface me 
> paraît bien régulière et je sonde le terrain ; il y avait une pierre tombale. 
> Le fossoyeur qui nous accompagnait déblaie la surface, et j'avoue que c'est 
> avec un vif sentiment de plaisir et d'émotion que nous lisons le nom Dassas.
> 
> « Nous avions trouvé la place, mais malheureusement, comme je l'ai dit plus 
> haut, les restes de Lamarck n'y sont plus. » 
> 
> ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
> 
> (1) Dr A. MONDIERE : l'Homme, p. 236, et LAMARCK par un groupe, etc, p. 27. Le 
> récit du Dr MONDIERE est accompagné d'un plan, d'ailleurs inexact, puisqu'il 
> place la tombe de LAMARCK à côté de celle de DASSAS, alors que le registre 
> d'inscription prouve qu'elles étaient à deux lignes d'intervalle. 
> 
> 
>


More information about the Paleonet mailing list